Rechercher
  • Fondation Abeona

Lettre d'information - Septembre 2019

Kate Crawford, première invitée de la Chaire Abeona-ENS « IA et Justice »

En partenariat avec l'Ecole Normale Supérieure, nous créons une Chaire invitée " IA et Justice ". Dr Kate Crawford, co-fondatrice du AI Now Institute, professeure à l'Université de New York et chercheuse chez Microsoft, sera la première titulaire de la chaire. Elle donnera une conférence inaugurale le 18 septembre à l'ENS: Rendre l'IA responsable : De la parité à la justice :Les progrès de l'intelligence artificielle (IA) signifient que les systèmes d'apprentissage automatique jouent maintenant un rôle beaucoup plus important dans bon nombre de nos institutions sociales, de l'éducation à la santé en passant par la justice pénale. Aux États-Unis, des outils d'IA comme la reconnaissance des affects (ou également connue sous le nom de détection des émotions) sont utilisés pour décider qui embaucher et qui licencier. Mais certaines de ces approches sont fondées sur des données scientifiques douteuses. De plus, ils peuvent ancrer des formes de préjugés humains dans des logiciels tout en leur donnant une fausse patine de neutralité technique. En s'appuyant sur de multiples domaines, y compris le droit, les études scientifiques et technologiques et la philosophie politique, cet exposé évaluera l'accent mis actuellement sur les préjugés dans l'IA et suggérera des moyens de progresser en procédant à une analyse plus large des inégalités structurelles et de pouvoir.


La Fondation Abeona et l'Institut Montaigne s'associent pour créer un groupe de travail sur les biais algorithmiques

Nous sommes ravis d'avoir lancé avec l'Institut Montaigne et avons lancé un groupe de travail et une série d'auditions d'experts sur le biais dans les algorithmes. Ce groupe de travail produira des recommandations d'action concrètes à l'intention des décideurs politiques des chefs d'entreprise et de chacun d'entre nous.


La Fondation Abeona parraine Brain@Scale, dirigée par Olivier Colliot et son équipe. Ils utilisent des

techniques novatrices d'apprentissage automatique pour faire avancer la recherche sur la maladie d'Alzheimer et d'autres maladies neurodégénératives.

Les maladies neurodégénératives, dont la plus connue est la maladie d'Alzheimer, touchent des millions de personnes et se développent sur des dizaines d'années avant l'apparition des premiers symptômes. Le projet "Brain@Scale"  développe un algorithme d’apprentissage automatique pour mieux diagnostiquer les maladies neurodégénératives à partir d’images cérébrales. Nous soutenons ce projet de l'Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière (ICM) mené par Olivier Colliot

La vidéo qu’il faut avoir vu – Joy Buolamwini « Mon combat contre les algorithmes biaisés »

Joy Buolamwini, doctorante au MIT, travaillait avec des logiciels de reconnaissance faciale quand elle a remarqué qu'ils ne reconnaissaient pas son visage -- parce que ceux qui avaient codé l'algorithme ne lui avait pas appris à identifier suffisamment de couleurs de peau et de structures faciales. Elle s'est donné pour mission de combattre les biais algorithmiques en machine learning. IBM et Microsoft ont fait des modifications pour améliorer leurs logiciels suite à ses travaux, tandis qu’Amazon conteste les résultats…